Unité d’équithérapie : L’avenir des hôpitaux publics ?

Publié le : 18 décembre 20204 mins de lecture

Les chevaux et leurs ancêtres accompagnent les hommes dans de nombreux domaines de la vie et ce depuis des milliers d’années. Cet étroit lien culturel et historique entre cet animal et l’homme permet d’établir différents niveaux de relation. Il y a ainsi l’équitation classique, les jeux équestres et depuis quelques années l’équithérapie. Les chevaux aident à maintenir les hommes en bonne santé et les aident aussi à la retrouver.

Qu’est-ce que l’équithérapie ?

Equus veut dire cheval en latin et thérapie décrit en grec l’enseignement du traitement des maladies. L’équithérapie signifie « améliorer » quelqu’un avec l’aide ou avec le soutien du cheval. L’équithérapie et hôpital consistent à dispenser de soins à des enfants ou à des adultes en utilisant le contact et le mouvement avec le cheval. Ce concept vise à obtenir des effets thérapeutiques, tant sur le plan physique que psychologique. L’équithérapie signifie que le cheval avec ses opportunités particulières d’apprentissage social et de mouvement, travaille en tant que «co-thérapeute » pour aider les personnes qui ont des problèmes psychologiques et ou physiques. Cette méthode permet de favoriser leur développement. Dans toute l’Europe, un nombre croissant de centres hospitaliers proposent des soins d’équithérapie à leurs patients.

Des domaines d’application variés

Aujourd’hui, on a la certitude qu’équithérapie et hôpital offrent des effets merveilleux à condition que l’équithérapie soit utilisée de manière experte. Les équithérapeutes ont donc une grande responsabilité envers leurs patients et envers leurs chevaux de thérapie. Les patients ciblés par les applications orthopédagogiques comprennent notamment les enfants autistes ou ceux ayant un retard de développement, les enfants qui sont hyperactifs et les enfants ayant des problèmes sociaux. Il y a aussi les enfants traumatisés, les enfants ayant des problèmes relationnels mais aussi les enfants surdoués. Adolescents et adultes souffrant de dépression, de troubles de l’alimentation, de toxicomanie ou d’autres problèmes de dépendance font aussi partie du lot. L’équithérapie est également utilisée en thérapie familiale, en thérapie relationnelle, dans les écoles et dans les internats au service des enfants qui sont en difficulté d’apprentissage ou en situation de handicap social. 

Un nombre croissant d’unités d’équithérapie

Tout porte à croire qu’équithérapie et hôpital ont un avenir devant eux. En effet, les résultats sont très prometteurs. Pour dispenser des soins d’équithérapie, les hôpitaux doivent disposer de professionnels de la santé qui ont non seulement de solides compétences médicales mais qui ont aussi le degré de conscience requis et qui permet d’établir la relation avec les chevaux de thérapie. On ne s’improvise pas chuchoteur et équithérapeute. Ceux qui ont l’habitude du contact avec les chevaux savent que cet animal a la capacité de capter les émotions les plus profondes. Pour les personnes handicapées ou en souffrance psychologique, l’animal devient un remède miraculeux qui permet de rétablir le contact avec le monde et qui procure une source de bienfaits pour le corps et pour l’esprit.

Les probiotiques, des alliés pour une digestion équilibrée chez les chevaux
Équithérapie : les bienfaits du cheval pour Alzheimer

Plan du site